Le plus beau jour de votre vie se prépare. Dans quelques mois vos amis et vos proches se réuniront pour célébrer l’amour.
Ce jour-là, dans un lieu de réception déniché par une wedding planner, vos papilles se laisseront séduire par les mets de cuisiniers professionnels.
Vos invités profiteront d’une soirée animée par un DJ et les moments forts de votre journée seront immortalisés par un photographe. Tous ces professionnels feront de votre mariage un moment unique.

Mais, que serait un mariage sans cérémonie ?

Pour une célébration personnalisée, de plus en plus de couples font appel à un(e) officiant(e) de cérémonie laïque. Souvent méconnu du grand public, ce métier allie le rythme des mots à la solennité de l’engagement.

Pour mieux connaître l’univers des cérémonies laïques et comprendre la différence entre les métiers de wedding planner et d’officiant de cérémonie, j’ai proposé à Aurélie Cousseau, officiante de cérémonie laïque à Bordeaux de répondre à mes questions.

Je suis allée d’une passion à une autre et ça m’a conduit au métier d’officiante de cérémonie laïque.


Aurélie Cousseau - Officiante de cérémonie à Bordeaux

Aurélie, pourrais-tu nous expliquer comment tu es devenue officiante de cérémonie laïque ?

Si je devais me définir je dirais que je suis quelqu’un de passionnée.  Je suis allée d’une passion à une autre puis je suis arrivée au métier d’officiante de cérémonie laïque.

Fascinée par les mots, je voulais être orthophoniste. Puis je suis allée à l’université où j’ai étudié les sciences du langage. Là, j’ai approfondi ma relation aux mots. J’adorais la syntaxe et la mélodie que peuvent faire les phrases les unes avec les autres. En me passionnant pour les langues je suis devenue linguiste.

J’ai longtemps travaillé dans l’intelligence artificielle. Puis, le temps a passé et je suis devenue maman.

Au fil de mes aventures personnelles j’ai compris que je ne voulais plus travailler sur un ordinateur. Je voulais travailler avec les humains. Je suis alors passée du salariat à l’entrepreneuriat. J’ai commencé par organiser des événements culturels.

Un jour, j’ai assisté à une cérémonie laïque. J’ai adoré. Je me suis formée et depuis j’en ai fait mon métier.

Officiante de cérémonie célébrant les voeux de mariage

Beaucoup de mes clients ne connaissent pas la différence entre la wedding planner et l’officiante de cérémonie laïque. Pourrais-tu nous dire en quoi consiste la cérémonie laïque ?

Dans « cérémonie laïque » il y a le mot « cérémonie ». Il s’agit donc d’un moment solennel.

C’est un passage dans la vie que l’on décide de célébrer. Il peut s’agir du parrainage d’un enfant, d’un mariage ou de tout autre chose.

Ensuite « laïque ». A vrai dire, le mot est mal choisi puisque la cérémonie laïque, la vraie, c’est celle de la mairie, celle qui détient les critères de la laïcité républicaine.

Donc finalement la cérémonie laïque de mariage, c’est un moment où l’on va célébrer l’amour et l’engagement. Mais, chacun le voit de sa propre façon et c’est là que j’interviens.

Mon rôle c’est de travailler avec le couple pour savoir quelle est sa vision du mariage.


Donc pour chaque couple tu crées une cérémonie en fonction de son histoire ? Ton travail est alors vraiment personnalisé ?

C’est entièrement personnalisé. Avec le couple nous construisons ce qu’il veut vivre.

Certaines personnes veulent une cérémonie centrée sur eux, d’autres préfèrent qu’elle soit construite autour de leurs familles et de l’ensemble de l’assemblée.

Je travaille également avec les proches. Certains mariés veulent laisser la parole à leurs amis et familles. Mon rôle est donc de les connaître pour les mettre en valeur le jour du mariage.

Peux-tu nous parler de l’accompagnement des futurs mariés ? Comment travailles-tu ?

Pour pouvoir créer une cérémonie entièrement personnalisée, je vais devoir apprendre à connaître les mariés.

Pour préparer le premier entretien, je leur envoie un questionnaire auquel ils répondent séparément. A travers leurs réponses je prépare notre première rencontre : le rendez-vous de création.

A ce moment-là nous définissons le squelette de la cérémonie. Nous partons d’une page blanche et tout est à créer. Je propose alors une multitude d’idées.

Suite à ce rendez-vous je contacte les proches et travaille avec eux.

En moyenne, pour l’organisation d’une cérémonie laïque il y a trois rencontres. Il peut également y avoir des entretiens complémentaires notamment pour la préparation des vœux.

Je reçois alors les mariés en rendez-vous individuels et nous travaillons sur ce moment clé du mariage.

Il est important de choisir son rituel et surtout de savoir pourquoi on le fait.


Les cérémonies laïques sont généralement ponctuées par un rituel de mariage. Il en existe des dizaines, voire des centaines. Pourrais-tu nous en citer quelques uns ?

Rituel du sable - Parent et enfants faisant couler le sable de couleurEffectivement, il existe de nombreux rituels.

En faisant une recherche sur Google on peut trouver des rituels avec du sable, des rubans ou encore des pierres de serment. Il y a également les rituels avec des fleurs et leur langage ainsi que des rituels avec les bougies et la symbolique de la lumière.

Pour une cérémonie crépuscule ou un mariage d’hiver en intérieur ça peut être magnifique.

Lorsque l’on présente un rituel il est important de se demander pourquoi on le fait et d’où il vient. Faire un rituel juste pour en faire un n’a aucun sens. Dans ce cas, mieux vaut s’en passer.

De plus, on peut tout a fait faire une cérémonie sans rituel juste avec des prises de parole ou alors avec l’échange des alliances. Et bien entendu, chaque rituel connaît des variantes.

On peut donc créer son propre rituel ?

Oui, parfaitement. On peut mixer plusieurs rituels et origines.

J’ai par exemple travaillé avec un couple qui a décidé de se marier en Grèce. Les mariés n’ont pas d’origine grecque ni orthodoxe. Pourtant ils avaient envie de faire un petit clin d’œil à cette culture qu’ils apprécient. Je me suis donc renseignée sur les rituels grecs. Il y en a avec des couronnes reliées par un ruban. Même si ce rituel a une signification orthodoxe, donc très religieuse, on peut le détourner et se l’approprier.

On lui dit : « tu ne pourras pas vivre la cérémonie entièrement puisque que tu devras garder ton rôle »


Beaucoup de couples souhaitent que la cérémonie laïque soit officiée par l’un de leur proche. Quels conseils donnerais-tu à ces amoureux ?

Officier une cérémonie laïque ne s’improvise pas.

Le seul conseil que je leur donnerais serait de se faire accompagner par un professionnel. Demander à un proche d’officier la cérémonie laïque comporte plusieurs risques.

Le premier est que la personne choisie ait un parti pris. Il se peut qu’elle connaisse mieux l’un des deux mariés. Il faut comprendre que chaque personne de notre entourage a une vision partielle de ses proches. Donc malgré toute la bonne intention du monde, la personne en charge de la cérémonie laïque aura tendance à privilégier le marié qu’il connaît le mieux. En tant que professionnelle, mon rôle est justement de garder un regard neutre. Lorsque je rencontre un couple et que je parle aux proches, j’obtiens des informations qui me permettent de rester neutre.

Officiante de cérémonie racontant une histoireUn autre risque c’est de ne pas savoir quoi faire. En cherchant sur Google ou dans un livre, on obtient des phrases toutes faites sur l’amour. Mais ce ne sont pas les grandes phrases qui intéressent les mariés et les invités. Ce qu’ils veulent c’est du concret : c’est qu’on parle d’eux.

Le travail du rythme est également important. En collant bout à bout des informations dénichées sur le web on obtiendra quelque chose de décousu. Lors d’une cérémonie laïque il faut un fil conducteur. Il faut raconter une histoire et cela ne s’improvise pas.

Enfin, l’autre difficulté est de trouver quelqu’un d’assez fort dans sa famille ou parmi ses amis pour officier la cérémonie laïque. Cette personne doit bien parler et être capable de porter ses propres émotions.

Pour le mariage on va devoir lui demander de prendre une certaine distance par rapport à ses émotions. On la prive donc de ce moment important en lui disant : « tu ne pourras pas vivre la cérémonie entièrement puisque que tu devras garder ton rôle ».

C’est pour toutes ces raisons que travailler avec un professionnel a du bon.

J’aime bien finir les interviews avec une anecdote. Tu as sûrement vécu plein d’histoires. Pourrais-tu nous en raconter une s’il te plaît ?

Alors oui, je peux raconter plein d’anecdotes. Il y a toutes ces histoires d’orages qui éclatent et qui nous obligent à changer de lieu en urgence par exemple. Mais je vais plutôt te raconter une histoire mignonne.

Lors d’un mariage, un petit garçon devait être le porteur d’alliances pour son papa et sa maman. Lorsque j’arrive, la mariée m’explique que son petit bout a eu sa première rentrée des classes et que depuis il est devenu très timide. Il accepte de faire certaines choses mais il a peur d’être vu, observé.

A ce moment-là, on ne sait donc pas s’il va accepter son rôle de porteur d’alliances. Lors de la cérémonie, j’appelle le petit garçon pour qu’il me rejoigne avec les bagues. Et là, je vois son regard paniqué.

J’ai donc invité tout le monde à se cacher les yeux avec leurs mains. Bien entendu je leur ai montré qu’ils pouvaient écarter les doigts pour ne rien perdre du moment.

Le petit bonhomme de 4 ans a alors apporté les alliances en pensant que personne ne le regardait. Le photographe a pu immortaliser ce moment en prenant des photos du garçon et de l’assemblée qui faisait semblant de se cacher les yeux.

Après la cérémonie les mariés m’ont avoué qu’ils ont vécu cet instant de manière très intime. Lors de l’arrivée des alliances ils ont eu l’impression de n’être que tous les trois.

Aurélie, je te remercie beaucoup pour cette interview qui nous a énormément appris sur le métier d’officiante de cérémonie laïque.

Officiante de cérémonie embrassée par le couple de mariés